FEU VERT POUR LES ÉLECTIONS, MAIS ATTENTION AU FEU JAUNE

Editorial Congo Actualité n. 358 – Par le Réseau Paix et Congo

Voie libre pour les élections au mois de décembre prochain

Le groupe d’experts de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) a conclu son opération de contrôle externe (audit) du fichier électoral et dans son rapport final il indique que « le fichier électoral est complet, exhaustif et mis à jour, bien que nécessiteux d’améliorations », en particulier en ce qui concerne l’élimination des doublons restants et le manque d’empreintes digitales pour près de 7 millions d’électeurs enrôlés.

La Commission électorale a publié sur son site Internet la liste des partis et coalitions qui, ayant été reconnu(e)s par le Ministère de l’Intérieur, peuvent participer aux élections présidentielles, aux législatives nationales et législatives provinciales prévues le 23 décembre prochain.

Le parlement a approuvé la révision de certains articles de la loi électorale, ce qui permet d’exclure du cycle électoral actuel l’enrôlement et le vote des citoyens résidant à l’étranger, ce qui simplifie beaucoup le travail de la Commission électorale.

Continue reading

Congo Actualité n. 358

SOMMAIRE

ÉDITORIAL: FEU VERT POUR LES ÉLECTIONS, MAIS ATTENTION AU FEU JAUNE

  1. L’AUDIT DU FICHIER ÉLECTORAL PAR L’OIF
  2. RÉVISION DE LA LOI ÉLECTORALE: PAS’ENRÔLEMENT NI DE VOTE POUR LES CONGOLAIS VIVANT À L’ÉTRANGER
  3. STRATÉGIES PRÉÉLECTORALES
  4. LE MEETING DE « ENSEMBLE POUR LE CHANGEMENT »
  5. LA LIBÉRATION PROVISOIRE À JEAN PIERRE BEMBA

Continue reading

ENTRE DÉBATS INUTILES ET ACTIONS PRIORITAIRES

Editorial Congo Actualité n. 357 – Par le Réseau Paix et Congo

Le début de l’étape électorale de la présentation et du traitement des candidatures aux élections législatives provinciales est fixé au 24 juin. Pour les élections présidentielles et législatives nationales, il faudra attendre le 24 juillet. Il reste donc très peu de temps et personne pourra se permettre de le gaspiller en entreprenant des débats inutiles.

 

Des débats inutiles

Un de ces débats est celui d’un éventuel troisième mandat présidentiel pour Joseph Kabila.
Le point de départ de ce débat est la révision, en 2011, de l’article 71 de la Constitution, sanctionnant le passage d’élections présidentielles à deux tours à des élections à un seul tour. Selon certains membres de la Majorité Présidentielle (MP), le changement des modalités de vote remettrait à zéro le compteur des mandats de l’actuel Président de la République, de sorte que le mandat qu’il a reçu en 2011 devrait être considéré comme un premier mandat, bien qu’il ait été élu en 2006 aussi. Toujours selon ces membres de la MP, tout cela permettrait à Joseph Kabila de se représenter  en 2018 pour un «deuxième» mandat.

Toutefois, selon certains observateurs, il s’agirait là d’une interprétation partiale et biaisée de la Constitution car, en réalité, la révision de l’article 71 n’a eu aucune répercussion sur l’article 70 qui, restant inchangé, stipule que « le Président de la République est élu pour mandat de cinq ans renouvelable une seule fois ». Jusqu’à preuve du contraire, le président Kabila a été élu pour la première fois en 2006 et une deuxième fois en 2011. Il a donc épuisé son deuxième et dernier mandat présidentiel.

D’autre part, certains membres de l’opposition ont soulevé de nouveau le débat sur une éventuelle «transition sans Kabila» bien que, jusqu’ici, cette possibilité se soit  révélée de difficile actuation.

Dans les deux cas, il s’agirait d’une stérile provocation qui risquerait de provoquer un nouveau glissement des élections.

Continue reading

Congo Actualité n. 357

SOMMAIRE

ÉDITORIAL: ENTRE DÉBATS INUTILES ET ACTIONS PRIORITAIRES

  1. L’ENRÔLEMENT « TECHNIQUEMENT DIFFICILE » DES CONGOLAIS DE LA DIASPORA
  2. LA PUBLICATION DE LA LISTE DES PARTIS ET COALITIONS POLITIQUES
  3. L’AUDIT DU FICHIER ÉLECTORAL PAR L’OIF
  4. DES STRATÉGIES PRÉ-ÉLECTORALES
    1. Une éventuelle alliance entre la majorité présidentielle et l’opposition membre du gouvernement
    2. Les étranges déclarations sur une « possible » candidature de Joseph Kabila aux prochaines élections présidentielles
    3. Le retour du débat sur une transition sans Joseph Kabila
    4. Le communiqué signé par Félix Tshisekedi et Moïse Katumbi
  5. LA CONFÉRENCE ÉPISCOPALE NATIONALE DE LA RD CONGO (CENCO)
    1. Le rapport de la Commission Justice et Paix
    2. Le point de presse du secrétariat général sur le processus électoral

 

Continue reading

RESPONSABILITÉ, TRANSPARENCE ET CRITIQUE CONSTRUCTIVE POUR DES ÉLECTIONS CRÉDIBLES

Editorial Congo Actualité n. 356 – Par le Réseau Paix et Congo

 

L’unité du Rassemblement de l’Opposition en danger

 

Le Ministère des Affaires Intérieures a inscrit l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS) de Félix Tshisekedi dans la liste des partis autorisés à participer aux prochaines élections. L’UDPS de Bruno Tshibala, l’actuel Premier ministre, en a été exclue.

Le gouvernement, l’UDPS et la famille Tshisekedi ont signé une déclaration commune sur la création d’une commission mixte chargée de l’organisation des funérailles d’Etienne Tshisekedi, décédé le 1er février 2017 à Bruxelles, en Belgique.

Organisé à Kinshasa sans être interdit par les autorités locales ni réprimé par les forces de l’ordre, le premier meeting publique du nouveau président de l’UDPS, Félix Tshisehedi, s’est déroulé de façon pacifique et s’est conclu avec un grand succès.

Ce sont trois événements qui pourraient révéler une certaine amélioration des relations entre le Gouvernement et l’UDPS.

Au même temps, les relations entre le Gouvernement et «Ensemble pour le changement», la plate-forme électorale qui soutient la candidature de Moïse Katumbi aux prochaines élections présidentielles, restent toujours très tendues. À Kinshasa, le chef des renseignements militaires, Delphin Kahimbi, a déclaré que, dans le passé, Moïse Katumbi aurait soutenu et financé certaines activités militaires de John Tshibangu, un ancien général déserteur des FARDC. À Lubumbashi,  la police a empêché une réunion de jeunes qui devait avoir lieu à la résidence de Gabriel Kyungu wa Kumwanza, coordinateur interprovincial de la plateforme au Grand Katanga.

Cette situation pourrait révéler le début d’une certaine fracture entre les deux principales composantes du Rassemblement de l’Opposition, l’UDPS et «Ensemble pour le changement», d’autant plus que leurs dirigeants respectifs, Félix Tshisekedi et Moïse Katumbi, ont tous les deux annoncé leur candidature aux prochaines élections présidentielles.

Si cela se produisait, cette fracture pourrait entraver le choix d’un candidat unique de l’opposition aux prochaines élections présidentielles et pourrait, par conséquent, provoquer la défaite électorale de l’opposition toute entière.

Continue reading

Congo Actualité n. 356

SOMMAIRE

ÉDITORIAL: RESPONSABILITÉ, TRANSPARENCE ET CRITIQUE CONSTRUCTIVE POUR DES ÉLECTIONS CRÉDIBLES

  1. LE PROCESSUS ÉLECTORAL
    1. Le projet de loi portant répartition des sièges au sein du Parlement
    2. À propos de candidatures
  2. UNE ANNONCE SUR LA LEVÉE DE LA SUSPENSION DES MANIFESTATIONS POLITIQUES
  3. L’UNION POUR LA DÉMOCRATIE ET LE PROGRÈS SOCIAL (UDPS)
    1. Un accord sur l’organisation des obsèques d’Étienne Tshisekedi
    2. Le meeting de Félix Tshisekedi
  4. « ENSEMBLE POUR LE CHANGEMENT »
    1. Nominations
    2. Nouvelles accusations contre Moïse Katumbi
  5. LA DÉCLARATION DU COMITÉ LAÏC DE COORDINATION (CLC)

Continue reading

le fichier électoral et la machine à voter encore sans consensus

Editorial Congo Actualité n. 355 – Par le Réseau Paix et Congo

 

La publication des statistiques des électeurs

Le 6 avril, la Commission électorale nationale indépendante (CENI) a publié les statistiques des électeurs par entités électorales, selon les différentes provinces. Selon les statistiques présentées par Corneille Nangaa, président de la CENI, à la fin de l’opération d’enrôlement des électeurs, le fichier électoral comprenait 46.542.289 électeurs. Toutefois, dans une opération de toilettage, on a détecté et éliminé 5.381.763 cas de doublons et 902.290 cas de mineurs. Par conséquent, le total effectif des électeurs est passé à 40.258.236 électeurs, avec une diminution de 6.284.053 électeurs, un chiffre exorbitant qui représente 13,5% des 46.542.289 d’électeurs initialement enrôlés, un pourcentage trop élevé qui a entraîné une perte de temps, une augmentation des dépenses et un gaspillage injustifié des fonds destinés au processus électoral.

Le 9 avril, la Commission électoral a déposé au ministère de l’Intérieur l’avant-projet de loi relatif à la répartition des sièges au sein du Parlement et le 10 avril, elle a remis au Procureur Général de la République (PGR) la liste des cas d’enrôlements multiples et irréguliers des électeurs.

Selon certains observateurs, parmi les causes de ces enrôlements irréguliers, on peut mentionner une opération  de « gonflement » organisée par certains politiciens, en vue des prochaines élections législatives. En effet, alors que la nouvelle loi électorale a fixé un seuil de représentativité susceptible d’éliminer beaucoup de petits partis politiques aux législatives, beaucoup auraient alors misé sur ce « gonflement systématique », pour ainsi augmenter le nombre de sièges dans leurs provinces, augmentant ainsi leurs chances d’être élus.

Continue reading

Congo Actualité 355

SOMMAIRE

ÉDITORIAL: LE FICHIER ÉLECTORAL ET LA MACHINE À VOTER ENCORE SANS CONSENSUS

  1. LE PROCESSUS ÉLECTORAL
    1. La publication des statistiques des électeurs selon les différentes provinces
    2. Le débat sur la machine à voter
    3. Le CLC et la CENCO
    4. La Communauté Internationale
  2. LE CAS MOÏSE KATUMBI
    1. La question de sa nationalité
    2. L’affaire « recrutement de mercenaires »

 

Continue reading

Une liste des partis politiques et une série de nouvelles alliances éelectorales

Editorial Congo Actualité n. 354 – Par le Réseau Paix et Congo

 

Le 26 mars, comme prévu par le calendrier électoral, le ministre de l’Intérieur, Henri Mova Sakanyi, a présenté à la Commission électorale une liste actualisée des partis politiques pouvant participer aux prochaines élections. La liste comprend 599 partis politiques et 94 coalitions.

Le ministre Mova a déclaré que, au nom de l’inclusivité du processus électoral, tant souhaitée par les signataires de l’accord du 31 décembre 2016, la liste inclut tous les partis politiques dans leur ensemble, y compris les « dédoublés », nés de scissions et divisions internes. En ce qui concerne cette catégorie de partis, Henri Mova Sakani leur a recommandé de trouver une solution à l’amiable.

Dans le cas contraire, ils n’auront qu’à s’adresser à la justice. Tout cela met en grande difficulté la Commission électorale qui, pour éviter des conflits entre des partis différents mais ayant une origine commune, avait insisté sur une identification très claire de la dénomination, du logo, de l’adresse du siège, du numéro de l’arrêté de fonctionnement et du nom du représentant légal de chacun d’entre eux. Il est donc nécessaire que la Commission électorale examine immédiatement la liste reçue afin que, en collaboration avec les partis politiques concernés et les institutions compétentes, l’on puisse résoudre rapidement tout différend et publier la liste définitive des partis pouvant participer aux prochaines élections.

Continue reading

Congo Actualité n. 354

SOMMAIRE

ÉDITORIAL: UNE LISTE DES PARTIS POLITIQUES ET UNE SÉRIE DE NOUVELLES ALLIANCES ÉELECTORALES

  1. DE NOUVELLES PLATEFORMES OU COALITIONS POLITIQUES
  2. UNE LISTE DE 599 PARTIS POLITIQUES ET 94 COALITIONS
    1. Le rapport du CNSA sur le dédoublement des certains partis politiques
    2. La remise de la liste à la Commission électorale par le Ministre de l’Intérieur
  3. LE CONGRÈS DE L’UDPS / AILE LIMETE
    1. La convocation
    2. L’UDPS / aile Tshibala essaye de l’empêcher
    3. Félix Tshisekedi élu président de l’UDPS / aile Limete

 

Continue reading