Juil 19 2017

Vers un deuxième « glissement » des élections?

Editorial Congo Actualité n.329 – Par le Réseau Paix et Congo

 

L’annonce du président de la Commission électorale

 

Le 7 juillet, le Président de la Commission électorale, Corneille Nangaa, a annoncé que les paramètres actuels en sa possession ne permettent pas d’organiser les élections avant la fin de décembre 2017, comme stipulé dans l’accord du 31 décembre 2016.

Il s’agit d’une annonce sans aucune surprise, car on pouvait bien s’y attendre. Selon les observateurs extérieurs et les mêmes signataires de l’accord du 31 décembre 2016, la date de décembre 2017 comme date limite pour l’organisation des élections n’était ni réaliste, ni convaincante. C’était une date simplement imposée par le Rassemblement de l’Opposition comme moyen de pression sur la Majorité Présidentielle et, surtout, sur le Président de la République Joseph Kabila, désormais arrivé à la fin de son deuxième et dernier mandat présidentiel le 20 décembre 2016.

Cependant, il y a eu de nombreuses réactions de la part de l’Opposition et de la Société Civile qui accusent le président de la Commission électorale d’être complice du président Kabila et de la majorité présidentielle qui, selon eux, ne veulent absolument pas organiser les élections, afin de rester au pouvoir le plus longtemps possible.

En savoir plus »

Juil 19 2017

Congo Actualité n. 329

SOMMAIRE

ÉDITORIAL: VERS UN DEUXIÈME « GLISSEMENT » DES ÉLECTIONS?

  1. VERS UN DEUXIÈME « GLISSEMENT » DES ÉLECTIONS?
    1. L’annonce du président de la Commission électorale
    2. Les réactions de l’Oppositio
    3. Les réactions de la Majorité Présidentielle et Alliés
    4. Les réactions de la Société Civile
    5. L’hypothèse d’une transition: sans Kabila / avec Kabila
    6. Une deuxième hypothèse: une tenue séparée des scrutins prévus couplés
  2. À PROPOS DU RAPATRIEMENT ET DE L’ENTERREMENT DE LA DÉPOUILLE D’ETIENNE TSHISEKEDI

 

En savoir plus »

Juil 13 2017

Congo Actualité n. 328

SOMMAIRE

  1. LE DERNIER JOUR DES DEUX EXPERTS ONUSIENS
  2. DES OFFICIERS DE L’ARMÉE SOUPÇONNÉS D’IMPLICATION
  3. ANALYSE DE LA VIDÉO PUBLIÉE PAR LE GOUVERNEMENT CONGOLAIS
    1. Principales caractéristiques et conclusions
    2. Les victimes
    3. Les principaux auteurs de l’exécution
  4. L’OUVERTURE DU PROCÈS CONGOLAIS CONTRE LES PRESUMÉS AUTEURS DE L’ASSASSINAT DES DEUX EXPERTS DE L’ONU
  5. LA CONCLUSION DU PROCÈS CONTRE LES MILITAIRES ACCUSÉS DU MEURTRE DE MWANZA LOMBA

 

En savoir plus »

Juil 11 2017

DEUX QUESTIONS ENCORE OUVERTES → L’ENRÔLEMENT DES ÉLECTEURS ET LA CRÉA TION DU CNSA

Editorial Congo Actualité n.326 Par le Réseau Paix et Congo

 

Vers la dernière phase de l’opération d’enrôlement des électeurs

 

La dernière phase de l’opération d’enrôlement des électeurs suit son cours « normal », malgré sa lenteur et les nombreuses difficultés rencontrées.

Le 3 juillet, le président de la Commission électorale, Corneille Nangaa, a annoncé que la Commission a déjà enregistré plus de 31,5 millions d’électeurs, ce qui représente 75% des 41,5 millions attendus.

Le 7 juillet, via Twitter, il a annoncé que le début de l’opération d’enrôlement des électeurs dans le Kasai et dans le Kasai central est fixée au 20 juillet. Il a affirmé avoir fixé cette date suite à l’amélioration de la sécurité dans cette partie du pays touchée, au cours de cette dernière année, par des affrontements fréquents entre les forces de sécurité et la milice Kamuina Nsapu. Comme dans toutes les autres régions du pays, cette opération durera au moins trois mois.

Le fichier électoral complet ne pourra pas, donc, être disponible avant la fin de juillet, comme cela avait été annoncé au départ, mais il pourrait être finalisé vers la fin du mois d’octobre 2017.

En savoir plus »

Juil 11 2017

Congo Actualité n. 327

SOMMAIRE

ÉDITORIAL : DEUX QUESTIONS ENCORE OUVERTES → L’ENRÔLEMENT DES ÉLECTEURS ET LA CRÉA TION DU CNSA

  1. PROCESSUS ELECTORAL
    1. Commission électorale: l’enrôlement des électeurs
    2. La classe politique devant ses responsabilités
    3. Organisation des élections: Avant la fin de 2017 ou « dans les plus brefs délais »?
  2. VERS LA FORMATION DU CONSEIL NATIONAL DE SUIVI DE L’ACCORD DU 31 DÉCEMBRE 2016 (CNSA)
    1. Le Président Kabila a demandé de lui transmettre les listes des délégués au CNSA
    2. Le président de l’Assemblée nationale a pris contact avec les parties signataires de l’Accord du 31 décembre 2016
  3. COÛT TOTAL DES OPERATIONS ELECTORALES ET LOI DES FINANCES 2017

 

En savoir plus »

Juil 07 2017

Conférence épiscopale et majorité présidentielle → deux lectures différentes d’une même réalité

Editorial Congo Actualité n.326 Par le Réseau Paix et Congo

 

Le message des Évêques catholiques

 

Le 23 juin, dans leur message intitulé « Le Pays va très mal. Débout Congolais », les Evêques membres de la Conférence Episcopale Nationale du Congo (CENCO) se sont dits «profondément inquiets et préoccupés par la détérioration continue de la situation économique, sécuritaire et humanitaire ainsi que par l’impasse politique actuelle».

– À propos de la situation socio-économique, les Evêques constatent un «recul du taux de croissance, la dépréciation de la monnaie nationale face aux devises étrangères, une diminution du le pouvoir d’achat des familles, l’incapacité d’accéder aux soins de santé primaire et à la scolarité, l’accumulation des arriérés de salaires, l’explosion du chômage des jeunes … La corruption, l’évasion fiscale, le détournement de fonds publics ont atteint des proportions inquiétantes à tous les niveaux. Un groupe de compatriotes, abusant manifestement de leur pouvoir, s’octroient des avantages économiques faramineux au détriment du bien-être collectif. Tout cela favorise la grogne sociale, le banditisme et le recrutement de jeunes dans les innombrables milices».

– Sur la situation des droits humains, les Evêques relèvent que «les restrictions du droit à la liberté d’expression et l’interdiction des manifestations pacifiques sont croissantes. Des défenseurs des droits humains, des acteurs politiques et sociaux dont les voix divergent de la pensée du pouvoir sont régulièrement menacés ou font l’objet d’arrestations arbitraires. Les responsables de ces violations ne sont pas poursuivis par la Justice, ni condamnés pour atteintes aux droits humains».

– En ce qui concerne les causes de cette situation, les Évêques affirment que «la situation misérable dans laquelle nous vivons aujourd’hui est une conséquence de la persistante crise socio politique due principalement à la non-organisation des élections prévues, conformément à la Constitution, au mois de novembre 2016. L’Accord politique global et inclusif du 31 décembre 2016 contient des pistes de solutions à la sortie pacifique de cette crise mais, par manque de volonté politique, sa mise en œuvre intégrale est insignifiante. Au mépris de la souffrance de la population, les acteurs politiques multiplient des stratégies pour le vider de son contenu, hypothéquant ainsi la tenue d’élections libres, démocratiques et apaisées. L’Arrangement particulier qui devait être finalisé pour la mise en œuvre de cet Accord a été vidé de sa substance par les engagements particuliers non inclusifs. La loi relative au Conseil National du Suivi de l’Accord et du Processus Electoral (CNSA), organe fondamental dans la mise en œuvre de l’Accord, n’a pas été vraisemblablement inscrite à l’ordre du jour de la dernière session ordinaire du Parlement. Des prétendues solutions mises en place ne contribuent pas à la cohésion nationale. Elles risquent plutôt de hâter l’implosion de notre cher pays».

– À la question de savoir comment peut-on sortir de la crise e qui mine la société congolaise et que doit-on faire, les Evêques répondent: «Le pays va très mal. Mettons-nous debout, dressons nos fronts encore courbés et prenons le plus bel élan (…) pour bâtir un pays plus beau que celui d’aujourd’hui (cf. L’hymne national congolais). Il est impérieux de nous impliquer nous-mêmes, de prendre notre destin en main, sinon notre avenir sera hypothéqué pour longtemps. Face au tableau sombre que présente aujourd’hui notre pays, la pire des choses est le découragement ! Nous vous le demandons instamment: il ne faut céder ni à la peur ni au fatalisme. Une minorité de concitoyens a décidé de prendre en otage la vie des millions de Congolais. C’est inacceptable ! Nous devons prendre en main notre destin commun.

La sortie pacifique de la crise actuelle exige la tenue des élections présidentielle, législatives et provinciales avant décembre 2017, tel que le prévoit l’Accord politique du 31 décembre 2016. Pour bien préparer ces élections, il faut se faire identifier et enrôler, pour que la Commission Electorale Indépendante (CENI) dispose d’un fichier électoral fiable pour convoquer les scrutins dans le délai convenu».

C’est pour cela que les Évêques encouragent «la poursuite de l’éducation civique et électorale (divulgation de la loi électorale et de l’Accord politique du 31 décembre 2016, des moments de prière intense et de jeûne pour la Nation,  ainsi qu’un engagement actif et pacifique de tous,  pour exiger le respect et l’application de l’Accord du 31 décembre 2016 par ses signataires, afin d’éradiquer les causes profondes de nos souffrances».

En savoir plus »

Juil 07 2017

Congo Actualité n. 326

SOMMAIRE

ÉDITORIAL: CONFÉRENCE ÉPISCOPALE ET MAJORITÉ PRÉSIDENTIELLE → DEUX LECTURES DIFFÉRENTES D’UNE MÊME RÉALITÉ

  1. LE MESSAGE DES ÉVÊQUES: «LE PAYS VA TRÈS MAL. DÉBOUT CONGOLAIS!»
    1. La réaction du Bureau politique de la Majorité Présidentielle
    2. Les réactions de l’opposition
  2. DES SANCTIONS CONTRE 10 PERSONNALITÉS CONGOLAISES
    1. La réaction du Gouvernement congolais
    2. Le 29ème sommet de l’Union Africaine (UA)

 

En savoir plus »

Juil 04 2017

Les massacres au Kasai –> symptomes de la crise politique

Editorial Congo Actualité n.325 Par le Réseau Paix et Congo

 

Le 19 juin, dans une note technique sur les violences commises au Grand Kasaï, la Nonciature apostolique en RDC a évoqué, à partir du 13 octobre 2016 (date de la première attaque d’une paroisse),  le chiffre de 3.383 « décès signalés ». La note indique par ailleurs que 20 villages ont été « complètements détruits », dont « 10 par les FARDC (armée congolaise), 4 par les miliciens, 6 par des auteurs inconnus ». Elle mentionne aussi 30 fosses communes, au lieu des 42 signalées par l’ONU et 3.698 habitations privées détruites.

Pour sa part, l’ONU continue à condamner soit les violences perpétrées par les miliciens Kamwina Nsapu, soit la répression organisée par l’armée qui fait un usage disproportionné de la force.

En savoir plus »

Juil 04 2017

Congo Actualité n. 325

SOMMAIRE

ÉDITORIAL: LES MASSACRES AU KASAÏ → SYMPTÔMES DE LA CRISE POLITIQUE

  1. LE KASAÏ ENCORE PLONGÉ DANS L’INSÉCURITÉ
  2. LA DÉCLARATION DES ÉVÊQUES MEMBRES DE L’ASSEMBLÉE ÉPISCOPALE PROVINCIALE DE KANANGA
  3. L’OUVERTURE DU PROCÈS CONTRE LES MILITAIRES PRÉSUMÉS AUTEURS DE LA TUERIE DE MWANZA LOMBA
  4. UN GROUPE D’EXPERTS INTERNATIONAUX POUR LE KASAÏ

 

En savoir plus »

Juin 27 2017

Congo actualité n. 324

SOMMAIRE

1. KASAÏ: CAS KAMWINA NSAPU, L’HISTOIRE D’UNE ÉTINCELLE QUI DEVIENT INCENDIE

a. Les premiers motifs de discorde avec le pouvoir

b. À Kinshasa, une méfiance croissante

c. Le système « Kamwina Nsapu »

d. La goutte d’eau qui a fait débordé le vase

e. Les deux derniers jours de Kamuina Nsapu

f. L’embrasement du Kasaï

g. Un accord trouvé avec la famille de Kamuina Nsapu, mais la crise ne s’arrête pas

2. KASAÏ: L’INSURRECTION DE KAMWINA NSAPU ET LA RÉPRESSION DE L’ARMÉE

a. Une armée au service d’une « force étrangère d’occupation »

b. Le Général Eric Ruhorimbere, un ancien rebelle à la tête de la répression

c. À Tshimbulu, le colonel François Muhire et 19 fosses communes

d. Le «lieutenant Julle», l’autre «boucher»

e. Tous redéployés vers de nouveaux théâtres d’opérations

3. KASAÏ : LE LIVRE BLANC DU GOUVERNEMENT (TOME I)

Préface

I: Localisation du groupement de Kamuina Nsapu

II. Identité et situation administrative de feu Kamuina Nsapu

III. Genèse du conflit et déroulement des faits

IV. Le caractère terroriste du mode opératoire de Kamuina Nsapu

V. Méthodes d’actions et trafic de stupéfiants

En savoir plus »

Articles plus anciens «